Archive for Coup de coeur

Horacio d’Alba, de Le Gris & Siner : Le coup de cœur d’Antoine

501 HORACIO D_ALBA T01[BD].inddDans une petite république de l’Italie de la Renaissance, la justice est basée sur un ingénieux système de duels. Mettant son bras au service de toutes les causes et respectant les traditions avec ferveur, Horacio d’Alba est l’un des duellistes les plus célébrés.

Mais, alors même que la guerre se presse aux portes de la cité, c’est cet attachement aux fondements de la République que son propre fils va renier pour tenter de faire disparaître cette justice archaïque.

Pris entre deux feux, notre duelliste devra remettre en question ses principes et choisir son camp.horacio 2

Cette courte série, composée de trois tomes, brille par sa subtilité : Le Gris, au scénario, nous plonge habilement dans une grande fresque pseudo-historique avec sa République, où l’on y retrouve aussi bien l’Humanisme de la Renaissance que l’ordre sévère de la Rome Antique. En accumulant les moments de tensions extrêmes (duels, complots et coups bas), il nous tient en haleine jusqu’à la dernière page. Siner, au dessin, nous offre des planches pleines de dynamisme, très cinématographiques et réellement efficaces.

Plongez dès maintenant dans les secrets de la République du point d’honneur !

Glénat /14,95 € par tome /  sortie T3 : 13.01.16

Les Nuits De Saturne, de Malte et Gomont : le coup de cœur d’Antoine

nuits de saturne

Dans le sud de la France, Clovis sort enfin de sa cellule. Après avoir purgé une lourde peine pour un coup raté, il a soif de vengeance et se met à la recherche de l’homme qui a pu le balancer, aussi délicatement qu’un rhinocéros. Sur son chemin l’attend Césaria, travelo et barmaid dans un club miteux, qui va tenter de lui apprendre à aimer, à pardonner et à oublier.

Si la trame de fond peut paraître classique, voir usée, Pierre-Henry Gomont (Rouge Karma) adapte le roman de Marcus Malte (Carnage, constellation) de manière astucieuse grâce à un dessin dynamique et coloré, tantôt clair, tantôt glaçant, tout en laissant la part belle au texte original, empreint de poésie.

Les nuits de Saturne est un polar étonnant, où la violence et l’amour se rencontrent de manière inattendue. On aime.

Sarbacane / 22.50€ / 160 pages / date de sortie : 19.08.15

Enigma de Milligan & Fegredo : le coup de coeur d’Antoine

enigmaQue feriez-vous si un héros des BDs de votre enfance prenait corps dans votre monde ? Que feriez-vous si il devait se battre contre des monstres , sortis eux aussi de vieux comic-books ? Que feriez-vous, enfin, en découvrant que vous êtes certainement la cause de ces apparitions hors-normes et de ces batailles meurtrières entre un héros et des vilains aussi ringards que violents ?

Michael, lui, va sombrer au bord de la folie. Petit technicien à la vie médiocre, il voit son quotidien partir en lambeaux à cause de ces obsédantes apparitions causant la pagaille dans sa ville. Persuadé d’avoir la réponse à ce mystère sur le bout de la langue, il part enquêter sur l’Enigme, héros charismatique et ténébreux, et sur son propre passé afin de sauver ce qu’il peut de sa santé mentale.

Enigma est une œuvre puissante, chargé de symbolisme et drôlement méchante.
Un casse-tête jouissif et une aventure entraînante.
Une mise en abyme du processus de création, un dialogue entre la fiction et son lecteur.
Entre ombres et lumière, venez y chercher votre Vérité !

Après plus de 20 ans, les lecteurs français ont désormais l’occasion de lire l’un des premiers titres du label Vertigo de DC comics, scénarisé par Peter Milligan (Human Target, Hellblazer…) et illustré par Duncan Fegredo (Hellboy…)

Urban comics / 19€ / 224 pages / date de sortie : 12.06.15

Mal de Mère, de Rodéric Valambois : le coup de cœur d’Antoine

mal de mèreDans les années 90, Rodéric est encore un enfant au sein d’une famille qui a (presque) tout pour être heureuse. Le père est un peu sévère, mais aime ses enfants  le grand frère est bougon mais sympa tout de même , la petite sœur est adorable et bienveillante envers tout le monde, la mère est une excellente cuisinière, une bonne institutrice… mais souffre d’alcoolisme.

Rodéric va assister très tôt au délitement de sa famille, brisée par la dépendance d’une mère dépassée par ses problèmes, mais aussi par le tabou qui entoure l’alcoolisme et qui pousse les proches de la famille à fermer les yeux, et parfois à leur tourner le dos.

Mal de mère est un récit autobiographique coup de poing et glaçant où Rodéric Valambois, auteur de la région, dévoile tout un pan de son enfance sans fausse pudeur. De l’enfance à l’âge adulte, on  le suit parmi différents souvenirs, qu’ils soient tendres ou effrayants.

Quadrants / 18,95€ / 224 pages / date de sortie : 17.06.2015

IRL- Dans la vraie vie de Cory Doctorow & Jen Wang: le coup de cœur d’Élisabeth (stagiaire)

IRLQuand Anda, une jeune lycéenne, est enrôlée dans une guilde sur un grand jeu de rôle en ligne par une intervenante de l’école, elle ne s’attendait certainement pas à vivre une telle aventure.
En effet, derrière une certaine innocence que le jeu peut présenter se cache une réelle question d’économie. Anda gagne de l’argent grâce au jeu en effectuant des missions avec une autre recrue de la guilde. Elles sont chargées d’éliminer des joueurs qui collecte illégalement des objets de valeur dans le jeu pour les revendre.

Dans sa lutte pour la justice, Anda fait la rencontre de la personne incarnant une de ses cibles, Raymond, employé d’une entreprise véreuse de gold farmage en Chine n’ayant pas les moyens de se soigner.
Anda va alors tenter de faire changer les choses malgré la distance et son impuissance.

IRL – Dans la vraie vie nous offre une vision inattendue et instructive des jeux vidéo, de l’économie et des rencontres internationales

Akileos / 15,00€ / 175 pages / date de sortie : 28.05.2015

Sangsues, de Daisuke Imai : Le coup de cœur d’Antoine

Ysangsuesoko n’existe plus. Rescapée d’un accident de la route meurtrier, elle profite de cette occasion pour se bâtir une nouvelle vie. Pour cela, elle va devenir une « sangsue ». Squattant des appartements la nuit comme le jour quand leurs propriétaires sont en train de travailler, elle vit en marge d’une société qui ne la remarque même plus. Cependant, Yoko se rend rapidement compte qu’elle n’est pas la seule à vivre de cette manière, et que même chez les « sangsues » il existe des règles, protégeant le territoire de chacun. Et au sein de cette communauté, la violation de cette loi est punie de manière expéditive.

Sangsues est le premier tome d’une série prévue en cinq volets. En lisant ce thriller intelligent, violent et terrifiant, vous en viendrez probablement à vous demander si vous connaissez vraiment toutes les personnes qui vivent dans votre propre maison.

Casterman / 7.95€ / 194 pages / date de sortie : 13.05.15

L’Essai, de Nicolas Debon : Le coup de cœur d’Antoine

LEssai‘Essai n’est pas une fiction. L’Essai raconte comment, en 1903, un homme parvient à appliquer les théories anarchistes pour créer une véritable petite communauté au fin fond des Ardennes où se côtoient artistes et artisans, politiques et ex-taulards.

L’Essai se concentre sur les colons d’un monde de tous les possibles, sur leurs motivations, leurs espoirs et leurs habitudes. Mais l’Essai est aussi un récit sur la fin d’une utopie.

Quoi qu’il en soit, l’Essai est une œuvre puissante, douce et impressionniste : chaque plan, chaque paysage raconte plus que ce qu’il nous montre.

Un album enthousiasmant, saisissant et incontournable pour le libertaire qui sommeille en vous.

Dargaud / 16.45€ / 88 pages / sortie : 05.07.15

Sam & Max Police Freelance, de Steve Purcell : le coup de cœur d’Antoine

sam&max28 ans après les débuts de la série, Onapratut édite une intégrale traduite des aventures de Sam & Max.

Nos deux héros, un chien en costume de privé et son acolyte lapinoïde psychopathe forment la célèbre Police Freelance, cultivent la violence gratuite et pratiquent volontiers l’humour absurde et le non-sens. Défenseurs des causes perdus, héros préférés de la veuve et l’orphelin, le duo va enquêter sur de nombreux cas loufoques au cours d’aventures toutes plus stupides les unes que les autres, qui les amènent régulièrement aux Philippines, sur la face caché de la lune et dans les endroits les plus sordides d’une Amérique cartoonesque.

Steve Purcell nous fait hurler de rire grâce à ses héros délicieusement malsains et dérangés, et ça fait du bien.

À noter aussi pour les gamers : Sam & Max a fait l’objet de plusieurs adaptations en jeu vidéo dans les années 2000, et une série animée a été tirée de leurs aventures.

Onapratut / 20€ / 200 pages / sortie : 23.04.15

Six-Gun Gorilla, de Spurrier & Stokely : le coup de cœur d’Antoine

six gun gorillaDans un futur proche, une guerre qui fait rage entre deux factions humaines sur une lointaine planète aride est retransmise en direct, via les yeux des soldats, aux téléspectateurs de la Terre. Une jeune recrue, Bleu-3425, débarque sur le champ de bataille, suite à une rupture douloureuse, avec la ferme intention de mourir rapidement. Cependant, sauvé du massacre par un gorille parlant aux colts meurtriers qui le prend sous son aile, Bleu va tenter de montrer aux téléspectateurs, ce qui se trame derrière ce massacre sans fin.

Un récit musclé et inventif sur les dessous de l’industrie de la télé-réalité, qui séduit par son scénario complétement barré, direct et parfois trash.

Plébiscité par Scott Snyder (American Vampire), Mike Carey (Hellblazer) et Fiona Staples (Saga), ce comics, sorti chez Ankama, se lit sans reprendre son souffle et reste dans la tête comme une mélodie entêtante.

Ankama / 17.90€ / 160 pages / sortie : 17.04.15

Un certain Cervantès, de Christian Lax : le coup de cœur d’Antoine

un certain cervantesMike Cervantès, ancien marine américain, possède avec l’auteur du même nom beaucoup plus de points communs qu’il voudrait le croire. Comme lui, il a perdu à la guerre l’usage de sa main gauche, comme lui il a une fâcheuse tendance à se créer des problèmes avec la justice, comme lui et comme son héros Don Quichotte, il lit beaucoup et perd pied dans un monde fantasmé. Se rebellant contre toutes les injustices dans une Amérique moderne et violente, il enfourche sa Rossinante (une vieille cadillac rose) pour fuir la police dans une road-story hallucinée tout en discutant avec le fantôme de Cervantès.

Obscurantisme, censure, sens de la chevalerie et syndrome post-traumatique du soldat ; Tous les thèmes du chef d’œuvre de l’auteur espagnol trouvent un écho dans cet album-miroir de Christian Lax.

Les grands espaces américains y sont admirablement restitués en gris-sépia, et le lecteur sombre rapidement dans cette œuvre hypnotique; Une grande réussite !

 

Futuropolis / 26€ / 208 pages / sortie : 02.04.15

Southern Bastards, de Jason Aaron et Jason Latour : coup de cœur d’Antoine

« Ici repose un homme »

Rednecks, football américain, barbecues et violence, le petit village d’Alabama qu’a fui Earl dans sa jeunesse n’a pas vraiment changé.

De retour pour vider la maison de son défunt père, ancien shérif du comté à la justice expéditive, dont toute la ville se souvient, Earl va très vite être confronté à un accueil glacial.

Pressé de repartir du village, il va cependant devoir affronter un ancien rival qui contrôle et terrorise les habitants grâce à des sbires racistes et enragés. Pour cela, Earl va devoir reprendre le rôle d’un père intègre mais haï.

C’est un tableau saisissant d’un sud sauvage et haineux, vu par un vieil homme fatigué, que nous dresse Aaron et Latour (tous deux auteurs sur la série Scalped).

Un excellent début de série à petit prix, à la croisée des univers de Harper Lee et de Clint Eastwood.

Urban Comics / 10€ / 128 pages / Sortie : 20.03.15

Le sculpteur, de Scott McCloud : coup de cœur d’Antoine

le sculpteurDavid, un jeune sculpteur en panne d’inspiration et sans avenir alterne cuites et déceptions. Pourtant, lors de son 26ème anniversaire, une vieille connaissance lui offre la chance de sa vie. Il accepte un pacte, dans l’espoir de marquer l’Histoire et échange la capacité de modeler la matière à son gré de ses mains nus contre sa mort au bout d’un délai de 200 jours. Contre toutes attentes cependant, David va tomber amoureux au début de ce compte à rebours diabolique.

Scott McCloud, auteur renommé de l’Art Invisible, nous invite à suivre l’évolution d’une histoire d’amour condamnée, à travers les angoisses et les doutes d’un jeune homme, de manière subtile et admirablement construite.

Un nouveau classique époustouflant, à paraître le 18 mars, aux éditions Rue de Sèvres

Rue de Sèvres / 25€ / Sortie : 18.03.15

Black Science, de Remender et Scalera : le coup de cœur d’Antoine.

black scienceLe voyage inter-dimensionnel est la dernière chance pour l’humanité de dépasser ses limites. Matières premières, technologies avancés et armement sont les ressources qu’espèrent trouver l’équipe de recherche travaillant sur un prototype de machine à traverser les dimensions.

Mais lorsque celle-ci, déréglée, les propulse de bonds en bonds dans des réalités aussi hostiles que déjantées, toute l’équipe va devoir lutter et mettre de côtés leurs conflits idéologiques afin de survivre.

Remender et Scalera se retrouvent pour donner le coup d’envoi de LA nouvelle série de science-fiction américaine, bourrée de références et d’inventions délirantes.

Un premier tome à tout petit prix à ne pas rater !

 

Urban Comics / 10€ / 176 pages / Sortie : 13.02.15

Petit, les Ogres-Dieux, de Hubert et Gatignol : le coup de coeur d’Antoine.

PetitDernier descendant d’une lignée d’ogres gigantesques, Petit est condamné à être dévoré par son père à sa naissance. Sauvé par sa mère et éduqué par sa tante, le plus minuscule géant de la famille va devoir vivre caché et apprendre à vivre comme un homme. Entre accès de violence irrépressible et désir de goûter à la chair humaine, c’est sa nature même que Petit va devoir réprimé.

Le dessin sombre, quelques fois angoissant et fourmillant de détails nous fait plonger tête la première dans ce conte inquiétant, entre Gargantua et Hannibal Lecter.

Une très belle collaboration entre le scénariste de Beauté et l’illustrateur de Jeanne et Pistouvi, qui nous met l’eau à la bouche.

La Gigantesque Barbe Du Mal, de Stephen Collins : coup de coeur d’Antoine

gigantesque barbe du malL’île d’Ici est parfaite : dans cet enchaînement de rues de banlieue pavillonnaire sans fin, les habitants vivent heureux, portés par la routine. Les résidents de l’île d’Ici n’ont qu’une seule peur, la mer qui les entoure, et qui mène au , territoire inconnu et symbole du désordre qui menace.

Dave, employé modèle et régulier comme une machine évolue tranquillement dans ce monde lisse et sans histoire, jusqu’au jour où une gigantesque barbe va commencer à pousser sur son visage imberbe, menacer d’envahir l’île et bouleverser le mode de vie de toute la population.

Stephen Collins décrit une société ordonnée à l’extrême et asphyxiante, dont la mécanique sera dérangée par cette barbe incontrôlable.

Sukkwan Island, de David Vann et Ugo Bienvenu : le coup de coeur d’Antoine

Sukkwan islandTout se passe très vite dans cette adaptation du roman de David Vann. Un quadragénaire en perdition amène son fils dans un coin de nature sauvage et déserte afin de s’y reconstruire une vie plus simple. Mais confrontés à un monde brutal et idéalisé, les deux hommes vont peu à peu perdre pied et s’enfoncer dans la folie : l’aventure finira prématurément et tragiquement.

Œuvre largement inspirée des écrits de Jack London, Sukkwan Island est ici soutenue par le dessin d’Ugo Bienvenu, qui signe son premier album d’un trait subtil et franc.

Une histoire poignante et obsédante, d’où l’on ressort suffoqué, à vif.

Le Vieil Homme et la Mer, de Thierry Murat : le coup de coeur d’Antoine

le vieil homme et la mer

Un vieux pécheur fatigué et malchanceux s’embarque tous les matins au large de Cuba, afin de trouver de quoi survivre.

Quand il va ferrer un espadon gigantesque, et le traquer plusieurs jours durant, à bord d’une minuscule barque, sa pêche va atteindre une dimension fabuleuse.

L’auteur adapte ici le roman culte d’Hemingway avec succès, en mettant le dessin au service du texte dans cet album au style télégraphique et au trait sobre : en résulte alors un album magistral, vibrant hommage à une œuvre sur l’entêtement et la déception.

Le Roi des Scarabées, de Pandolfo & Risbjerg : le coup de coeur d’Antoine

Le roi des scarabéesAu 19ème siècle, au Danemark, un jeune homme issu de la bourgeoisie rurale décide de suivre son meilleur ami dans la capitale pour réaliser son rêve et faire reconnaître ses talents de poète. Durant 40 années de sa vie, on le suivra pour le voir tour à tour rêveur, ambitieux, amoureux, désespéré, traître et résigné, alors que le monde onirique qu’il crée menace de le pousser à la folie.

Le Roi des Scarabées, œuvre naturaliste inspirée d’un classique danois, nous invite à traverser une époque et à suivre une génération perdue et désillusionnée, en quête de nouveauté.

Le trait y est froid, et les espaces blancs glacials. Le traitement graphique et la mise en page nous engourdissent et nous hypnotisent : c’est encore un coup de maître que produisent les auteurs de L’Astragale.

Petit Pierrot (T3) de la B.D POUR LES GRANDS ET LES PETITS…

« Alberto Varanda a imaginé un univers plein de poésie, dans lequel Pierrot est un petit garçon petit-pierrot-tome-3rêveur, toujours accompagné de son ami Monsieur l’Escargot. Qui ne craquerait pas pour les aventures magiques et surréalistes de Petit Pierrot, toutes empreintes de sensibilité, d’émotion, de douce naïveté et qui nous replongent immédiatement dans les rêves de notre enfance ? Un savoureux conte, un bijou de poésie pour les enfants comme pour ceux qui le sont restés. »

Petit Pierrot séduit une nouvelle fois le public, grâce à des histoires courtes et simples accessibles dès le CP ( pour une lecture autonome) et continue de ravir les plus grands par le biais d’une double lecture qui nous renvoie à un univers féerique enfoui dans chaque grands enfants…

Construit sous le modèle du gaufrier, malgré son format italien, Petit Pierrot forme un bon compromis entre l’album et la BD dite « classique », un tremplin vers d’autres aventures Littéraires qu’offre également la BD.

Safia ( Stagiaire chez BD+, actuellement)

Monsters, de Ken Dahl : le coup de coeur d’Antoine

MonstersEn 2002, Ken Dahl apprend qu’il souffre d’une IST incurable, et qu’il l’a déjà transmis à sa compagne. Cette infection, c’est l’herpès.

Il commence alors à sombrer dans un délire paranoïaque, et s’empêche de vivre normalement, d’aimer, d’embrasser et de faire l’amour pendant plusieurs années afin d’empêcher une éventuelle contamination « honteuse » et « monstrueuse »…

Ce récit autobiographique, loin de donner dans le mélo, est une œuvre fraîche et quelquefois tordante, sur une maladie courante, que 60% des américains ont déjà contracté dans leur vie.

Si Monsters n’est pas le seul livre à traiter de ce sujet, il est surement le plus jouissif !