Petit, les Ogres-Dieux, de Hubert et Gatignol : le coup de coeur d’Antoine.

PetitDernier descendant d’une lignée d’ogres gigantesques, Petit est condamné à être dévoré par son père à sa naissance. Sauvé par sa mère et éduqué par sa tante, le plus minuscule géant de la famille va devoir vivre caché et apprendre à vivre comme un homme. Entre accès de violence irrépressible et désir de goûter à la chair humaine, c’est sa nature même que Petit va devoir réprimé.

Le dessin sombre, quelques fois angoissant et fourmillant de détails nous fait plonger tête la première dans ce conte inquiétant, entre Gargantua et Hannibal Lecter.

Une très belle collaboration entre le scénariste de Beauté et l’illustrateur de Jeanne et Pistouvi, qui nous met l’eau à la bouche.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :